> mathématiques
Dossiers académiques
MathématiquesDossiers académiquesAlgorithmique > Mes élèves comprennent de petits programmes mais ont du mal à en écrire eux mêmes

Mes élèves comprennent de petits programmes mais ont du mal à en écrire eux mêmes

Comme nous l’avons vu, Hoc met en évidence trois niveaux dans les SRT des élèves. Ces trois niveaux semblent être des étapes essentielles pour que les élèves puissent aborder l’écriture de programmes, lesquels précisent les instructions officiels doivent être « simples ». Il faut essayer de veiller à rester peu ambitieux dans ce type de tâche, mais surtout proposer aux élèves de nombreuses situations préalables à l’écriture de programmes en s’appuyant sur le Langage Intermédiaire de la classe.

Vouloir gagner du temps sur ces phases, s’est risquer de mettre les élèves... et l’enseignant face à de grandes difficultés ultérieures.

Exemple

Dans cette situation, on propose un programme Scratch à des élèves en classe entière. Ils découvrent que ce programme dessine un escalier puis on leur demande d’en écrire un autre dessinant un rectangle puis un troisième dessinant une spirale.

Le rectangle : Les élèves dessinent à la main le rectangle puis écrivent un programme sous Scratch qui répond à la question. La spirale : Tous les élèves dessinent à la main une spirale après quelques essais. Ils doivent produire un algorithme en devoir en temps libre. La plupart reprennent alors le rectangle précédent et le modifient de manière à dessiner plusieurs tours. Les résultats sont très décevant.

En voici deux exemples :

Les élèves étaient pourtant face à un objet parfaitement identifié qu’ils savaient dessiner à main levée, en utilisant -même implicitement- une procédure itérative. Voici un schéma de représentation des objets et de traitement des données qui interviennent dans la résolution d’un problème de programmation proposé par Rogalski :

 

 

Pour les élèves dont les productions sont présentées, il semble que des difficultés surgissent dans la représentation du traitement. La notion de compteur, de boucle doit faire l’objet d’une mise en place qui s’assoit sur les SRT des élèves de manière à les faire évoluer peu à peu. De là, toute l’importance du travail sur le Langage Intermédiaire.

Synthèse :

  • Effectuer un travail de préparation long s’appuyant essentiellement sur l’élaboration d’un Langage Intermédiaire avant d’aborder la programmation formelle
  • Faciliter les activités collectives de manière à faciliter les échanges et des constructions collaboratives de ce Langage.


 

 

MEN
accédez à  votre espace